Veille #5 - La ville nucléaire

10.4.2017

Sélectionnée par

Cette semaine, bienvenue dans la ville « nucléaire ». Cette technologie controversée a révolutionné la production et la disponibilité de l’énergie électrique et a accompagné le développement de la société de consommation. Il convient cependant de ne pas négliger son rôle militaire et les critiques importantes sur les risques qu’elle engendre. Nous ne prétendons pas ici donner un avis sur la question ni même ouvrir un débat sur la légitimité de son usage. Nous nous contenterons de présenter différents exemples de villes influencées par le nucléaire dans leur construction.

 

Commençons tous d’abord par les États-Unis où la peur d’une guerre nucléaire pendant la guerre froide a entrainé des réflexions militaires sur la forme des villes afin d’assurer une défense optimale et minimiser les pertes humaines. L’illustration la plus frappante de cette conception de la ville comme une cible dont il faut préparer l’évacuation est le système des interstates highways créé sous Eisenhower.

       -> TreeHugger.com - How sprawl was caused by the nuclear arms race

       -> Tobin, K. (2002). The reduction of Urban vulnerability: Revisiting 1950s American suburbanization as civil defence. Cold War History, 2(2), 1-32.

 

Jusqu’aux années 1960, le nucléaire a aussi été vu comme une opportunité d’indépendance énergétique pour des villes autarciques. Le projet d’une cité polaire sous un dôme à Frobisher Bay dans le grand nord canadien illustre bien ses espoirs de développement urbain nucléaire.

       -> cbc.ca - Under the dome: 1958 plan for Iqualuit was town under concrete shell.

       -> Document d'époque sur le projet originel de Frobisher Bay.

 

Photo : Lynn Johnson

En U.R.S.S., les programmes nucléaires civils et militaires ont été accompagnés par la création de nombreuses villes spécialisées et fermées. Clôturées et contrôlées, elles continuent pour certaines à être interdites aux non-résidents voire non représentées sur les cartes.

       -> The Guardian - 'The graveyard of the Earth': inside City 40, Russia's deadly nuclear secret .

 

La plus célèbre de ces villes est bien sur Pripiat, ville soviétique modèle construite dans les années 1970 en Ukraine pour loger les travailleurs de la centrale de Tchernobyl située à proximité. Les articles sur cette ville proposent souvent des récits d’anciens résidents ou des vues de la ville, aujourd’hui abandonnée depuis plus de 30 ans suite à son évacuation après l’explosion du réacteur n°4 de la centrale le 26 avril 1986. Paradoxalement, la zone d’exclusion autour de la centrale est aujourd’hui prisée par des touristes passionnés d'Urbex et quelques habitants, souvent âgés sont revenus vivre dans leurs anciennes maisons.

       -> The Guardian - Chernobyl 30 years on: former residents remember life in the ghost city of Pripyat

       -> France 24 - Tchernobyl, la destination touristique qui explose

 

Paradoxalement, la zone autour de la centrale de Tchernovyl, malgré la contamination, présente aujourd’hui une biodiversité importante favorisée par l’absence d’activité humaine, comme l’illustre les photos de Pripiat envahie par la végétation.

       -> Courrier international - Une fantastique expérience en faveur de la biodiversité

 

Les habitants évacués de Pripiat ont en partie été relogés dans une ville nouvelle créée à proximité et présentée dans cet article.

       -> La documentation française - Slavoutytch, la ville de l'après-Tchernobyl

 

Le cas de Pripiat est emblématique de ces zones abandonnées suite à des catastrophes nucléaires. Il semble qu’au Japon, les autorités préféreraient favoriser un retour des populations évacuées lors de la catastrophe nucléaire de 2011 à Fukushima.

        -> Le Monde - Fukushima, l’État prépare le retour d'habitants dans la zone évacuée

        -> Libération - Fukushima, un retour forcé en terre irradiée

 

Les questions relatives à la présence d’industries nucléaires civiles et des menaces pesant sur les populations vivant à proximité semblent se poser avec plus de force du fait du développement d’installations nouvelles à travers le monde et particulièrement en Asie. La carte de l’article ci-dessous permet de localiser les différentes centrales civiles à travers le monde.

        -> CityLab - Nuclear reactors around the world mapped

 

Terminons sur un quiz bien plus inoffensif du Guardian. Devinez les villes à partir de leurs parcs !

 

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur LinkedIn
Please reload

Please reload

  • Black LinkedIn Icon
  • Black Facebook Icon
  • Noir Icône Instagram
  • Black Twitter Icon

Junior EUP UrbaConseil

Bureau A233

Bâtiment Bienvenüe, Cité Descartes

14-20, boulevard Newton

77420 CHAMPS-SUR-MARNE 

contact@junioreup.fr

Association Loi 1901. Junior EUP 2017. Tous droits réservés.