Nos événements

Faire avancer les étudiants-urbanistes

2018. Forum

3e édition du forum des métiers de l'urbanisme 

Dans un objectif d’aide à l’orientation et à l’insertion professionnelle, une vingtaine de professionnels, issus de structures diverses et œuvrant dans différents champs de l'urbanisme, viendront échanger avec les étudiants sur leur métier et ses conditions d’exercice, et témoigneront de leur trajectoire professionnelle.

Organisé autour de sept ateliers en lien avec les formations proposés à l'Ecole d'Urbanisme de Paris, les étudiants ont la possibilité de choisir les ateliers qui correspondent à leurs projets professionnels. L'organisation en groupe réduit est l'occasion d'avoir un rapport convivial avec les intervenants et de poser toutes les questions. 

Intervenants : 

Atelier Projet urbain et Programmation : MENIER François(Attitudes urbaines), BONNEVIDE Nathalie (Filigrane), BRUGES Susanna (SEMAPA)

Atelier Urbanisme Internationl : MICHELON Benjamin (Groupe Huit), CAPELLE-MANUEL Sandrine (Cities ALLIANCE), CUENCA Elodie (Ville de Paris), LEROUX Diane (AFD)

Urbanisme participatif et expérimental : CITRON Paul (Plateau Urbain), SEJAI Medi (Mairie de Montreuil), GUENDOUL Nassima  (Plaine Commune)

Etudes urbaines et stratégies territoriales : BOUCHEZ Stéphanie, FLAMENT Corinne (CCI Val-de-Marne), MURIEL Muriel  (IAU), LOISEL Manon (ACADIE)

Environnement, développement durable et urbanisme : GUILLOUET Olivier (Icade), NIANG Camille (Préfecture de Seine-et-Marne), MERCIER Stéphane (Les Rondeaux)

Habitat et logement : ABECASSIS Fabienne (Valophis), CRIVELLIS Amélie (ANRU), GRUSON Alice (France Habitat), ROIZARD François (Trianon Promotion)

Transport et mobilités : QUATRE Grégoire (SETEC ITS)

2017. Conférence

Espace Public : Quel(s) genre(s) ? 

Partant des constats émis dans la littérature scientifique mais également d’observations de terrain effectuées d'après des situations usuelles que les étudiants de l’École d’Urbanisme de Paris ont pu aborder, cette conférence a pour but de questionner l’inégal accès entre les femmes et les hommes dans l’espace public. Il s’agira d'interagir sur l’impact des productions urbaines sur le genre et ainsi d’évoquer les possibilités d’aménagements menant à une ville davantage inclusive. 

Intervenants : 

LAPALUD Pascale, Co-fondatrice et Présidente de Genre et Ville
BIARROTTE Lucile, doctorante en urbanisme au Lab’Urba
CERDÀ BENEITO Gonçal, étudiant en M2 à l’Ecole d’urbanisme de Paris (EUP)

2015. Conférence

L'habitat pavillonnaire en 2040 : quelles perspectives pour demain ?

Ah! Le pavillonnaire, la maison de vos parents, vos grands-parents, vos oncles et tantes, de vos amis aussi. Celle qui s’inscrit dans ce cadre de vie calme et champêtre qui fait rêver la majorité de nos concitoyens, loin de l’agitation des villes où ils travaillent. Et pourtant, le pavillonnaire, symbolisé par ces maisons aux tons pastels accolées les unes aux autres, semble être le coupable idéal d’un étalement urbain grandissant, vecteur d’externalités négatives, à la fois esthétiques, environnementales, sociales et économiques.

Face à ce constat, de nombreuses interrogations : à l’avenir, comment réconcilier désir de maison individuelle et limitation de l’étalement urbain dans un objectif de durabilité ? Comment concilier intérêt individuel et intérêt général ?

Alors qu’aujourd’hui l’heure est au « renouvellement urbain », le « renouvellement pavillonnaire » constituera un champ d’action majeur pour les urbanistes dans les années à venir. Comment vont et doivent évoluer ces tissus pavillonnaires à long terme ?

C’est à cette question de l’évolution des tissus pavillonnaires que nous nous sommes proposés de répondre lors de cette conférence organisée par la Junior EUP et le BDE EUP en mobilisant chercheurs et prospectivistes, spécialistes des espaces périurbains et pavillonnaires.

Nous avons accueilli sur ce thème Martin VANIER, Nolwenn MARCHAND, et Delphine CALLEN, qui ont présenté, suite à un état des lieux énoncé par Aurélien DELPIROU, leurs visions de l’avenir probable ou souhaitable de ces ensembles urbains.

2014. Ateliers

La grande rentrée de JINU

Atelier 1 : Quand la gentrification dépasse le périph’


La gentrification est une forme particulière d’embourgeoisement des quartiers populaires. Aujourd’hui la question de l’éviction des classes populaires n’est plus une problématiques qui touche simplement les grandes capitales. La gentrification se propage dans l’ensemble des grandes agglomérations, chassant une population fragile toujours plus loin dans l’espace urbain au profit d’une population plus aisée. Cet atelier avait pour but de s’interroger l’émergence et de la diffusion de ce processus à l’échelle d’espaces urbains qui n’étaient jusqu’alors que peu concernés. Nous nous sommes également interrogés sur les grands projets actuels et leurs conséquences sur les classes populaires avant d'aborder la question des moyens pour potentiellement limiter ce processus.


Invité : Mino GHALY, auteur de « Freiner la gentrification : entre ambitions et actions politiques locales. Étude de cas de Plaine Commune et de Saint-Ouen »
Animateur : Tony LE DÉVORE

Atelier 2 : « Énigmatique ambiance urbaine : quand l’éclairage nocturne redessine l’espace public en territoire festif ! »


Le paysage nocturne des villes offre aux citadins la possibilité de l’observer à l’image d’un spectacle vivant mis en scène par la lumière artificielle. L’éclairage qui se pose alors sur la ville participe à son effervescence et à la création d’ambiances bien distinctes selon le degré de luminosité qui est apporté. En plein cœur de Paris, dans les lieux animés à réputation festive, les noctambules jouissent de ces lumières qui apportent convivialité ou intimité. C’est en déambulant à travers deux rues parisiennes, rue Mouffetard et rue de Lappe, que nous verrons comment l’éclairage redessine le lieu festif, vaste et énigmatique, où l’espace privé des établissements nocturnes se trouve au devant de la scène sur l’espace public.


Invitée : Julia GERBIER, auteure de « L’éclairage nocturne lié aux territoires de la fête. Étude de cas des deux rues parisiennes : rue Mouffetard (5ème arrondissement) et rue de Lappe (11ème arrondissement) »
Animatrice : Juliette HUSSON

Atelier 3 : Rénovation des villes et enjeux politiques (mauvais prétextes, faits réels)


La rénovation des villes et bien loin d’être un impératif purement pratique ou technique. Rénover (démolir pour reconstruire) un bâtiment, un îlot, un quartier, apparaît avant tout comme un choix politique : il s’agit de mener une intervention physique – parfois brutale – sur l’espace urbain, dans une idéologie de la « rupture », de la solution rapide et visible. Ainsi, la rénovation masque parfois un manque d’action économique et sociale et se réalise en inadéquation avec l’expérience et les désirs réels des habitants. A partir de l’exemple concret du projet de rénovation d’un « foyer de travailleurs migrants » à Paris, nous avons pu débattre des enjeux politiques de la rénovation dans nos villes.


Invité : Clément LUCCIONI, auteur de « La rénovation du « foyer africain » de la rue du retrait : vers la disparition d’une centralité urbaine ? (Paris, 20ème arrondissement) »
Animatrice : Amandine MILLE

Atelier 4 : La créativité dans la compétition urbaine (imprévus et programmations)


La « ville créative » de FLORIDA est devenue un idéal poursuivi par toutes les métropoles, qu’elles soient « en vue » ou en déclin. Afin de fabriquer de nouveaux espaces urbains, l’imagination, l’invention, l’innovation sont les qualités actuellement désirées et ceci d'autant plus que la créativité peut être un vecteur de lien social, voire un mobile commercial. Toutefois, l’imprévu, l’incertitude, l’extraordinaire, qui sont les corollaires de cette capacité à créer, s’opposent parfois aux rigueurs de la planification et à la sobriété du commun. L’urbaniste a tout intérêt à intégrer ces initiatives créatives, mais comment faire pour ne pas les brider ?


Invitée : Manon DUMONT, auteure de « Observation de la trajectoire du collectif RAW-Tempel à Berlin. La professionnalisation : une stratégie pour se maintenir dans la friche ? »
Animatrice : Marie AUBRY-BRÉCHAIRE

2014. Conférence

Aménager la ville pour tous : praticabilité de l’espace et ergonomie de la production urbaine

Dans une société urbaine où la mobilité est devenue une condition de notre quotidien urbain, les espaces doivent faciliter le déplacement et être praticable par tous. La prise en considération de la diversité des individus – dont les personnes à mobilité réduite – au nom du « droit à la mobilité » défendu par François ASCHER, aboutit à intégrer quantité de prescription techniques dans les domaines allant du design des espaces publics à la conception des équipements, des logements en passant par l’adaptation des transports en commun.

 

La conception des espaces doit pouvoir répondre à la somme des contraintes de chaque catégorie d’utilisateurs. Cela concerne en premier lieu les personnes à mobilité réduite, notion assez générale regroupant un vaste spectre d’usagers, depuis le handicap physique et psychique jusqu’aux personnes encombrées de bagages, ainsi que les personnes âgées, femmes enceintes et personnes de petite taille à l’exception notable des enfants. Si leurs caractéristiques psychomotrices de certains usagers justifient d’intégrer en priorité leurs contraintes, il ne faut pas tomber dans le travers inverse, celui de la fragmentation et de la systématisation en négligeant le caractère unitaire et unificateur de l’espace. Mais comment concilier l’intérêt général avec la multiplicité des cas particuliers ?

Intervenants :
D. GUER, bénévole de l’APF
J-Y. HINARD; directeur de l’association APEDA 77
J. RENOTTE, délégué de la SNCF à l’accessibilité et aux voyageurs handicapés
F. GHOULMIE, directeur du département transport chez Artelia Ville et Transport
P. HANNETEL, directrice associée de l’agence HYL
U. BRAULT, directeur général adjoint du groupe Accueil Immobilier
P. CHUSSEAU, Nomadic Solutions – projet Wikiwalk
B. HUYSSEN, membre de la direction de l’exploitation du STIF
A. ASSERAF, directeur général stratégie, étude et marketing chez JCDecaux
D. BONINI, architecte-urbaniste conseiller du CAUE 77
E. MENDOZA-HAUCHECORNE, sociologue

2012. Conférence

La ville connectée : quels usages, quelles limites ?

De grandes sociétés du monde de l’informatique déploient leurs activités dans le domaine de la gestion urbaine. « Smart City », « mobilier urbain intelligent », « ville imaginative » sont autant de termes qui sont aujourd’hui au cœur de l’actualité urbaine. Mais que se cache-t-il derrière ? Les technologies de l’information et de la communication sont-elles en train de modifier durablement les pratiques urbaines ? Comment devons-nous nous positionner en tant que professionnel en devenir, sans pour autant céder aux sirènes de ce qui est peut-être une nouvelle utopie urbaine ? Le numérique représente-t-il une nouvelle opportunité d’implication et de consultation des citoyens ? C’est pour répondre à toutes ces questions que nous avons choisi de centrer notre rencontre de l’année 2012 autour du thème de la ville numérique.

Intervenants :
– A. FOMASAR : La ville connectée, nouvelle utopie urbaine ?
– C. LEFEVRE : Cité Descartes, pôle ville durable du Grand Paris
– V. AILLAUD : Les TIC, le monde de l’entreprise et le monde de l’enseignement
– A. RENK : La réalité augmentée et l’urbanisme participatif
– P. FERRAZ DE ABREU : Enjeux et limites de la démocratie participative via les TIC
– C. TALLED : L’information participative dans les TIC
– A. SOBREIRA : Les nouvelles façons de se déplacer dans la ville nouvelle
– B. FLINOIS : Mop-Easy, une solution d’auto-partage
– M. RICHERME : Un projet de mobilier urbain intelligent pour la Cité Descartes – Concours GreenTic Campus
– F. BENCENDIKH : Les TIC dans la ville : la norme convoquée par les TIC ?
– M. TRIBOULET : Ville intelligente, les limites
– T. SOUAMI : Espoirs et limites des TIC pour la ville durable
– V. COUSIN: Ville post-carbone, ville durable ?

2011. Conférence

L’urbanisme de demain se dessine aujourd’hui… quels outils pour quels métiers ?

Comment la nécessité de la soutenabilité, l’avènement des technologies numériques, l’impératif participatif et la prise de conscience de la dimension sensible de la ville bouleverse les pratiques professionnelles du monde de l’urbanisme ? Quels enjeux nouveaux pour les étudiants lorsqu’ils arriveront dans le monde professionnel ? En confrontant professionnels et étudiants, nous avons cherché à dessiner les futurs outils et pratiques et à donner du relief aux enseignements théoriques.

Intervenants :
– J-Y. CHAPUIS : Vice-président de Rennes Métropole

- A-M. ROMERA : Directrice du Département Economie et Développement local à l’IAU
– M. SAUVEZ : Architecte urbaniste d’Etat
– V. RENARD : Economiste à Science Po
– P. PECHENARD : Architecte DPLG, société Archividéo
– B. LE FOLL : Chargé d’études en urbanisme au CTENC
– C. KLEIN : Directrice de l’Environnement à la Mairie de Nanterre
– H. BAILLEUL : Chercheur en sciences de l’homme et de la société à l’UMR CITERES
– S. LARRIBE : Directeur des Etudes à l’Ecole Polytechnique Universitaire de Tours
– C. DE FRANCQUEVILLE : Directrice du programme Do It City au sein du groupe Chronos

  • Black LinkedIn Icon
  • Black Facebook Icon
  • Noir Icône Instagram
  • Black Twitter Icon

Junior EUP UrbaConseil

Bureau A233

Bâtiment Bienvenüe, Cité Descartes

14-20, boulevard Newton

77420 CHAMPS-SUR-MARNE 

contact@junioreup.fr

Association Loi 1901. Junior EUP 2017. Tous droits réservés.